Welcome - Bienvenue à Mannheim - Willkommen

Depuis des mois, on nous gavait qu'il fallait connaître le Jails à Mannheim et que c'était le rendez-vous incontournable des vrais hardeurs allemands.

Une fois de plus, on constatera qu'un bon guide hardos ne se construit avec l'usure de nos rangers. Ce club se trouve au sous-sol d'une usine désaffectée au milieu de nulle part. En plein terrain vague, soir de pluie, tu offriras directement à ton slave, un plan boue ! 
Toutefois, ce lieu, par sa situation, offre de très nombreuses places de parc et se situe à deux pas des autoroutes. 

Dès ton arrivée, tu comprends rapidement que tu vas être mis au régime sec. Le vestiaire à l'entrée est fermé et remplacé par un service derrière le bar. Après t'être soulagé de 8 euros, on t'invite à te changer dans une minuscule réserve entre deux frigos et trois caisses de bières. Tu y abandonnes ton sac, ta veste et on te recommande de ne pas laisser de valeurs à déposer au bar dans une enveloppe. Seule chose positive : on note tes consommations et tu paies la sortie.

Passé l'épisode du vestiaire, tu pourras découvrir un labyrinthe de plusieurs pièces, surchauffées ou glaciales, avec ou sans musique, si le maître des lieux prend le temps de changer de CD entre deux prises de gueules  avec les clients. Soit ce n'était pas la soirée, soit ce lieu est

en perte de vitesse après le départ de l'association RUBCLUB ! Mais sans vouloir retourner le couteau dans le plaie, comme le chante si bien Jane Birkin, cet établissement est aux normes des années 70. Pas d'affiche de prévention santé, pas de capotes à l'horizon. C'est simplement un scandale qu'on puisse encore exploiter des bordels dans de tels conditions. C'est se ... foutre de la gueule de la communauté gay ! Si vous n'avez pas les moyens d'offrir une capote avec l'entrée de votre club, mettez un automate ! Mannheim, tu m'as vu une fois pas deux !